Killing Eve, Phoebe Waller-Bridge (BBC America)

Confiez à Phoebe Waller-Bridge la création d’une série d’espionnage et vous êtes sûrs d’obtenir un résultat inattendu. C’est sans contexte ce que cherchaient les producteurs de BBC America, quand ils ont demandé à la jeune comédienne britannique d’adapter la série de romans Codename Villanelle pour la télévision. Celle qui s’était fait connaître pour son humour noir corrosif, notamment dans la brillante série Fleabag s’empare de cette course-poursuite entre une agent secrète britannique et une tueuse à gage avec tout le décalage que l’on pouvait espérer. Composée de huit épisodes seulement, la première saison de Killing Eve est réjouissante, drôle et surtout étonnante d’un bout à l’autre. Cette série tient en haleine et elle se regarde avec le plaisir coupable des feuilletons à l’ancienne. Un vrai bonheur, que l’on aurait tort de bouder.

Killing Eve se construit sur l’opposition entre deux femmes. D’un côté, Eve Polastri, une agente du MI5 qui a établi une hypothèse reliant plusieurs meurtres dans toute l’Europe ; de l’autre Villanelle, une tueuse à gage russe qui est bien à l’origine de tous ces meurtres, mais qui a réussi à le faire sans jamais se faire détecter jusque-là. D’ailleurs, quand Eve explique sa théorie, elle n’obtient en réponse que des moqueries de ses collègues et un refus net de sa direction. Ne cédant pas, elle finit par être virée de l’institution britannique et c’est à cette occasion qu’elle est engagée par le MI6 pour mener une enquête discrète et officieuse. La série se construit autour de cette opposition, une traque entre policier et voleur qui n’a rien de très original en soi. Mais naturellement, on pouvait compter sur l’humour décalé et décapant de Phoebe Waller-Bridge pour ne pas produire une série sans intérêt. L’humoriste enrichit cette idée de base avec son univers et l’alliance des deux est délicieusement réussie. Eve n’est pas la super espionne que l’on pouvait imaginer, c’est au contraire une femme bornée avant tout, un petit peu perdue dans la vie, pas très soignée et qui n’a qu’une idée en tête : prouver sa théorie, puis retrouver Villanelle à tout prix. De son côté, la tueuse n’a rien du premier serial-killer venu, elle ressemble plus à une caricature façon Barbie, elle est mince, belle, toujours parfaitement habillée et maquillée, presque douce… et en même temps, c’est une psychopathe implacable, qui prend toujours plaisir à tuer. Elle aime même jouer avec ses victimes, en imaginant des morts différentes à chaque fois et avec un talent manifestement inné pour ne pas laisser de traces derrière elle. C’est une professionnelle, elle est vraiment excellente et aussi à l’opposée complètement d’Eve, qui n’est pas en reste en termes de ténacité et d’intuitions pour faire avancer l’enquête. Disons-le, cette enquête n’est pas le sujet principal de Killing Eve. L’adaptation télévisée, assez libre par rapport aux romans, s’attarde nettement moins sur qui a fait quoi et beaucoup plus sur la confrontation entre les deux personnages féminins. On sent que c’est le sujet qui a vraiment motivé la créatrice de la série, et il faut dire que c’est une source d’inspiration riche. Sandra Oh est impeccable dans le rôle de l’enquêtrice à la peine et Jodie Comer est tout simplement parfaite dans celui de la tueuse. Elles semblent toutes deux parfaitement à leur place, taillées pour un rôle qu’elles assument avec un naturel confondant. Elles parviennent très bien à rendre l’humour noir insufflé par Phoebe Waller-Bridge et toutes les scènes de meurtre héritent ainsi d’un esprit atypique. C’est le sentiment général qui ressort après les huit premiers épisodes de Killing Eve : cette série est différente de tout ce qui se fait par ailleurs, et c’est extrêmement rafraîchissant. L’intrigue est bien menée, il y a suffisamment de questions encore en suspens pour alimenter plusieurs saisons et le seul reproche que l’on pourrait faire, c’est que cette première saison est bien trop courte.

En somme, c’est une belle réussite. En faisant confiance à Phoebe Waller-Bridge, BBC America prouve qu’une voie plus originale peut être suivie pour une série très banale sur le papier. Cette originalité paie et Killing Eve est une franche réussite, à la fois très fun à suivre et suffisamment différente pour qu’elle reste en mémoire. La deuxième saison a déjà été tournée et on espère qu’elle reste sur la même lancée, qu’elle conserve son impertinence et son humour noir. En attendant de le vérifier, la série mérite déjà bien le détour et c’est indéniablement des meilleures de l’année. À ne rater sous aucun prétexte !


Killing Eve, saison 2

(3 décembre 2019)

Killing Eve avait réussi à surprendre par son ton radicalement différent, un humour noir corrosif et un duo de personnages féminins remarquablement bien écrits et interprétés. Après une telle réussite, la série créée par Phoebe Waller-Bridge pouvait décevoir, mais ce n’est pas le cas. Certes, la deuxième saison — toujours composée de huit épisodes seulement, snif — étonne moins. On retrouve ce même ton décalé que l’on a découvert auparavant, les personnages sont connus et la surprise n’est plus autant au rendez-vous. Mais cela n’empêche pas le scénario de prendre des détours intéressants et de creuser encore davantage les personnages.

À la fin de la première saison, Killing Eve établissait clairement que l’obsession portée par Eve Polastri à Villanelle dépassait le cadre strictement professionnelle. C’est de l’amour qui émerge entre l’espionne et la serial-killeuse, mais de l’amour vache, évidemment. Eve laissait même son adversaire dans son appartement parisien, un couteau dans le ventre et la deuxième saison reprend au même endroit, trente secondes plus tard. Les deux femmes doivent d’abord échapper à l’équipe de nettoyage des « Douze », cette mystérieuse organisation qui employait Villanelle. Puis c’est une sorte de course-poursuite qui reprend entre les deux… mais sans pour autant recopier celle de la première saison. L’histoire suit un cheminement différent, où l’ancienne adversaire finit par être une alliée pour mener à un final à nouveau explosif… mais on n’en dira pas trop. Le personnage incarné par Sandra Oh n’a jamais été autant à la ramasse, alors que son couple vole en éclat. Et Jodie Comer s’amuse comme une folle dans son rôle de barbie tueuse, froide et manipulatrice, mais aussi délicieusement amoureuse par endroits. On reste un petit peu sur notre faim, la faute surtout à un format assez court, mais ces évolutions des personnages sont intéressantes et prometteuses.

Avec un tel cliff-hanger dans le dernier épisode, cette deuxième saison lance naturellement les pistes pour la suite. Les scénaristes aurant-t-ils suffisamment d’idées pour éviter les répétitions et maintenir l’intérêt sur ses deux personnages principaux ? Ces huit épisodes inspirent plutôt la confiance, et en attendant de le vérifier avec la troisième saison, Killing Eve confirme à nouveau son statut de feuilleton décalé, très plaisant à regarder.