Snowpiercer, Josh Friedman et Graeme Manson (TNT)

Snowpiercer reprend l’univers imaginé pour par Jacques Lob et et Jean-Marc Rochette dans les années 1980, mais plus que la bande-dessinée originale Transperceneige, c’est du côté de Snowpiercer, Le Transperceneige que la série de TNT va chercher. Comme dans le film réalisé par Bong Joon-ho, la dystopie est liée explicitement au réchauffement climatique et à une mauvaise manœuvre de l’humanité pour se sauver. Comme dans le film aussi, il est question ici d’une révolte populaire pour combattre la ségrégation sociale stricte à bord du train. Josh Friedman et Graeme Manson ont créé un reboot de la même histoire, mais avec le temps long d’une série pour déployer un univers plus riche. On retrouve le huis-clos angoissant du train que le réalisateur coréen avait si bien réussi à créer, mais si Snowpiercer est visuellement réussie, le fond est plus banal. Un bon divertissement, mais guère plus.

L’intrigue se déroule en 2021, sept ans après la catastrophe climatique qui a fait chuter les températures sur Terre et rendu toute vie impossible. Depuis sept ans, le gigantesque train de 1 001 wagons conçu par Wilford, un milliardaire mégalomaniaque, roule sans jamais s’arrêter autour de la planète. Il effectue un tour du monde tous les 133 jours et sa locomotive mue par une énergie perpétuelle permet aux milliers d’occupants et seuls survivants de vivre plus ou moins normalement. En tête du train, la première classe vit dans l’opulence et le luxe. Ils ont payé leur ticket des millions de dollars, ils ont financé le train et bénéficient ainsi d’une vie très confortable, même si elle est contrainte aux limites du train. Plus on s’éloigne de la locomotive et plus on descend : la deuxième classe mène encore une vie correcte, la troisième vit dans des conteneurs et doit travailler dur pour les autres, mais le pire concerne « la queue », les derniers wagons où s’entassent les « sans-billet », ceux qui sont montés à la dernière minute et en s’imposant par la force. La division imaginée par les auteurs de la bande-dessinée est ainsi bien respectée et même si cet univers découpé socialement n’est pas très original, il faut reconnaître son efficacité. C’est un excellent point de départ, et l’idée de Snowpiercer d’un meurtre qui doit être élucidé par le seul ancien détective à bord, un sans-billet nommé Andre Layton, est intéressante. Elle permet de confronter les deux univers et d’explorer de multiples aspects du train. Un bon point de départ, et les premiers épisodes sont convaincants. La suite l’est un petit peu moins, hélas.

Sur ce train toujours en mouvement, on finit par s’enliser dans une guerre civile beaucoup trop schématique et caricaturale pour convaincre. Les enjeux sont très faciles à comprendre, les personnages se positionnent rapidement et les scénaristes n’essaient jamais de surprendre. C’est dommage, mais le temps long permis par les dix épisodes de la première saison est rarement mis à profit pour créer des personnages riches et crédibles. Snowpiercer fait dans la facilité, avec des oppositions trop franches, à l’image des bourgeois précieux de la première classe qui s’opposent de manière si prévisible aux gueux sans-billet, et même au bas peuple de la troisième classe. Ce n’était pas le point fort de la bande-dessinée, mais ce qui passait sur le papier ou pour un film de deux heures est plus difficile à accepter sur les plus de huit heures que dure la saison. L’intrigue policière du début est un bon moyen d’introduire les personnages et l’univers, mais elle se termine un peu vite et la révolution qui enchaîne manque de subtilités. Josh Friedman et Graeme Manson parviennent à maintenir l’intérêt avec un bon dosage du suspense, même si les rebondissements ne surprendront pas grand monde. C’est suffisamment intéressant pour qu’on aille jusqu’au bout de la saison et la fin ouvre l’univers d’une manière insoupçonnée jusque-là, ce qui est intriguant pour la suite, prévue dans quelques mois. Mais malgré ces bons points, le sentiment persiste de voir une version simpliste un petit peu gâchée d’un univers si prometteur. Le choix de se focaliser sur des relations personnelles amoureuses sans grand intérêt, le manque d’effort des scénaristes pour offrir aux personnages des personnalités propres, et les acteurs pas toujours convaincants, il faut bien le dire, sont autant de points noirs. On sait que TNT a forcé le créateur original de la série à quitter le train pour cause de différends sur la direction à prendre, et cela se ressent. Snowpiercer avait les bases solides pour être une grande série, à la place c’est un modeste divertissement que l’on voit et oublie dans la foulée.

Est-ce que la deuxième saison pourrait rattraper le niveau ? Rien n’est moins sûr, quand on sait qu’elle a été tournée dans la foulée de la première et certainement sur la même voie. Snowpiercer pourrait trouver un nouveau souffle après le twist final et sortir des schémas trop caricaturaux de ces dix premiers épisodes, tout comme elle pourrait s’y enfoncer encore plus résolument. On jettera un œil à la deuxième saison par curiosité pour vérifier la direction suivie. En attendant, la création de TNT n’est pas aussi bonne qu’espérée, mais elle se regarde sans déplaisir.